Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Collectif Laïque d'Eure et Loir

  • On ne peut plus être laïque sans être féministe !

    Danièle Bousquet, présidente du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes,  a fortement affirmé: «Il faut travailler à ce que le combat pour la laïcité devienne un combat féministe». Cette intervention s'est déroulée dans le cadre des nouvelles Rencontres laïques organisées par la Ligue de l'enseignement le 22 janvier devant les membres d'une trentaine d'organisations. C'était la première édition. Elle était consacrée au thème "La Laïcité et l'égalité femmes hommes". La prochaine édition, prévue le 5 juin aura pour thème "La Laïcité et la liberté d'expression". 

    Voici la transcription intégrale de l'intervention de Danièle Bousquet. 

    La laïcité a été conçue au début du XXè siècle par une génération d’hommes politiques, mais les femmes étaient invisibles, tout au moins comme actrices de la société ; la société des citoyens était neutre, ce qui, dans la langue française, signifie exclusivement masculine. Les grandes figures laïques de l’époque témoignent d’une surdité totale aux aspirations égalitaires des femmes et furent même souvent des apôtres du machisme politique : les femmes, toujours enfermées dans le particulier, la femme, considérées comme une minorité. Pire, pour nombre de fervents laïques, nous étions les femmes, éminemment suspectes puisque, disaient-ils, trop prisonnières de cette « nature féminine » qu’ils avaient inventée pour nous y assigner, trop vulnérables aux sentiments pour accéder à la Raison.

    Nous avons entendu le mouvement laïque nous parler de lutte contre les discriminations, contre le racisme, l’antisémitisme : jamais de lutte contre le sexisme. Et dans les débats au sein des mouvements laïques, la place de l’égalité des sexes a toujours été marginalisée et la situation des femmes n’a été prise en compte que très récemment, lorsque la question est devenue brûlante. Ce qui est important pour notre réflexion aujourd’hui, c’est de dire que la Révolution française n’a pas reconnu les droits des femmes et que cela a duré puisque la loi sur la laïcité date de 1905, et celle sur le droit de vote des femmes arrivera 70 ans plus tard. 
    Malgré son exemplarité réelle en matière de laïcité, la société française a continué à avoir un rapport ambigu avec un ordre moral aux relents clairement religieux qui ne faisait aucune place à l’égalité des sexes.

    Bousquet.jpg

    Danièle Bousquet

    Évolution de la laïcité à travers la lutte pour l’IVG

    Ce qui a été déterminant dans l’évolution de la laïcité en direction des droits des femmes, cela a été la lutte pour le droit à l’IVG dans la décennie 1970. Car les femmes s’affranchissent du poids des religions par les revendications de disposer librement de leur corps, de leur esprit, et d’avoir la maîtrise de leur désir d’enfant. Si laïcité et Révolution n’ont pas reconnu d’emblée l’égalité entre les hommes et les femmes, est-ce que, pour autant, la laïcité n’était pas importante pour les droits des femmes ? Évidemment oui, car la laïcité a ouvert la voie pour la lutte vers la démocratie.

    Est-ce qu’on pourrait imaginer, si la laïcité n’était pas instaurée et reconnue, ce que serait, en France, pour les femmes, l’accès au droit à disposer de leur corps sous le pouvoir de l’Église catholique ?

    L’Histoire a tranché : les femmes, au bout du compte, ont pu s’appuyer sur la laïcité pour faire avancer leurs droits et exiger de la République leur reconnaissance. Et aujourd’hui, les femmes le savent bien : tout recul de la laïcité signifierait pour elles une remise en cause de leurs conquêtes, si l’Eglise faisait la loi, n’importe quelle Eglise, que ce soit la loi islamique, juive ou catholique. Dès l’instant où la religion devient la loi, l’égalité des sexes est finie. Pourquoi ? La question mérite qu’on y réfléchisse et il y a deux mots dans cette révolution de la laïcité qui sont importants : justice (qui est synonyme d’égalité), et émancipation. 
    La laïcité est une émancipation de la loi religieuse : en effet, comment lutter pour l’autonomie des femmes si on leur fait croire que c’est leur dieu qui a ordonné. Car l’obéissance aux prescriptions divines se matérialise par l’obéissance aux hommes, détenteurs de la pensée et de la parole révélée. A l’inverse, la laïcité porte un message objectif : celui des valeurs républicaines que sont la liberté, l’égalité (dont celle entre les femmes et les hommes) et le respect de la démocratie.

    Qu’est-ce qui explique qu’aujourd’hui la laïcité fasse problème dans notre société ?

    Beaucoup répondraient que c’est «la faute à une nouvelle religion, l’Islam !» dont les principes seraient résolument contraires à ceux de la République. Cette réponse, entendue mille fois, n’a que l’apparence de la clarté et de la justesse. Ce qui est en cause, c’est la définition de religion dans ses rapports avec l’ordre public, entendu au sens large comme l’ensemble des principes fondamentaux de la démocratie. Cette remise en cause actuelle montre que la loi de 1905 n’a pas clôturé définitivement le champ de la laïcité, car des situations se trouvent en marge de ce texte, mais aussi parce que l’évolution sociale a ouvert de nouvelles questions qui n’étaient pas prévues il y a un siècle. 
    Par exemple, la place spécifique de l’égalité femmes/hommes dans les champs de la laïcité n’est pas strictement définie, ni par la loi, ni par les penseuses/penseuses ancien.nes et actuel.les de la laïcité. Dans les faits, l’égalité femmes/hommes est cependant très étroitement liée au principe de laïcité pour une raison très simple : parce qu’elle tient les religions à l’écart de la sphère publique, la laïcité protège les progrès de l’égalité ! Il faut rappeler que la laïcité n’est pas la destruction des croyances, mais la distinction entre ce qui relève de la croyance et ce qui est du domaine de la connaissance.

    L’État laïque ne tient sa légitimité d’aucune religion, ne professe aucune croyance religieuse et ne se mêle d’aucune, tout en assurant aux agnostiques et athées une pleine liberté de conscience. Cela signifie que la laïcité organise une société dont tous les membres sont juridiquement et politiquement égales/égaux, indépendamment de l’origine, du sexe, des options philosophiques ou religieuses. Cela signifie aussi que la laïcité refuse toute implication de l’État dans les affaires religieuses, et toute implication des religions dans les affaires politiques, dit autrement qu’elle ne laisse aucune religion imposer ses prescriptions. 
    Ces principes de la laïcité, on le voit bien, sont essentiels pour garantir les droits des personnes, dont les droits des femmes. C’est ainsi que les lois doivent permettre le plein exercice des droits des filles et des femmes, à égalité avec les garçons et les hommes, contribuant ainsi à éliminer les discriminations qui les assujettissent à un statut d’infériorité caractérisé par la dépendance et la soumission à de nombreux interdits spécifiques à leur appartenance de genre, c’est le patriarcat dont le sexisme est le bras armé.

    mon corps mes droits.jpg

    Les grandes religions monothéistes organisent la domination masculine

    Il faut insister sur le fait que les grandes religions monothéistes dans leurs diverses déclinaisons sont les pires ennemis des femmes et de leur émancipation, en ce qu’elles sanctuarisent, organisent, transmettent et font fructifier la domination masculine née du patriarcat. La laïcité a donc donné aux combats des femmes une légitimité que les religions leur déniaient en voulant dicter leurs propres règles à l’ensemble de la vie sociale. Alors que jusqu’aux années 1980 le principe de laïcité a été parfaitement intégré par les religions qui s’en trouvaient bien, aujourd’hui, les religions chrétienne et juive sont tentées elles aussi par des retours en arrière, et certaines nostalgies se réveillent. On observe qu’une réelle désagrégation du tissu social favorise l’émergence de groupes intégristes qui interviennent au mépris des valeurs citoyennes. 
    Et ces groupes utilisent tour à tour un discours hypocrite de protection des femmes ou un discours d’intimidation, en cherchant à imposer leur façon de voir sur la société en général et sur les femmes en particulier. Et comme ils se rendent compte que le mouvement laïque reste généralement insensible et surtout tend à ne pas réagir aux attaques contre les femmes, ils s’attaquent donc à ce point «faible».

    Dans un contexte de tension économique, sociale et culturelle, voire idéologique, depuis les années 1980, on voit émerger et prospérer des revendications identitaires : 
    – fondées sur la religion 
    – portées par les radicaux qui ne se définissent plus par leur appartenance à la République, mais par telle ou telle religion.
    La lutte contre les intégrismes est une lutte vitale pour l’avenir, l’avenir des femmes et une société démocratique, et à ce titre la défense de la laïcité est d’une brûlante actualité. En effet, elle subit l’assaut de tous les intégrismes, que ce soit au niveau national, européen ou mondial. Et les femmes sont les premières victimes des extrémismes religieux, car la règle de base est la soumission absolue à l’autorité du père ou du mari.

    Il ne s’agit pas alors de religion, mais d’une idéologie totalitaire qui, sous le couvert de la religion, cherche à s’emparer du pouvoir politique. Ces idéologies visent la soumission des femmes et l’élimination de leurs droits humains et il s’agit là d’une véritable guerre idéologique qui vise à installer un ordre sacré sur la Terre. Je le dis à nouveau, aucune religion n’est épargnée par cette dérive, dès l’instant où elle se transforme en source de loi et entend dicter des règles à la vie terrestre et à la gouvernance de la cité, qui est l’affaire du seul politique. 
    Toute insoumission au diktat est qualifiée d’hostilité envers Dieu. La même logique sert à préserver l’ordre religieux par l’infériorisation des femmes et des homosexuel.les, une hiérarchisation discriminante des croyances et le bannissement des libertés individuelles. Ces mouvements intégristes rejoignent en cela les perspectives des mouvements identitaires fondés sur l’idéologisation du christianisme et du judaïsme. Bien qu’en concurrence, ces derniers savent s’allier pour mieux contrer les avancées des droits humains.

    Alf refus clericaux.jpg

    La lutte pour le mariage homosexuel et les ABCD de l’égalité

    Ce qui s’est passé en France autour du mariage homosexuel et des ABCD de l’égalité en est un exemple et se produit sous diverses formes au sein d’instances internationales chaque fois qu’il est question de l’égalité des sexes, des droits sexuels, de la liberté de conscience, etc… au prétexte de la sauvegarde d’une identité culturelle, au CSW ou au Conseil de l’Europe par exemple. Le débat autour de la laïcité s’imprègne donc de nouvelles revendications issues de milieux musulmans français qui se mettent à réinterpréter la notion de laïcité et la place de la religion dans la société. Ils appellent à une laïcité dite «positive», «inclusive», ou encore «ouverte», c’est à dire qui intègre le «relativisme culturel». C’est ainsi qu’en 2013 nous avons assisté à un phénomène étonnant qui transcendait les frontières du débat sur la place des religions dans l’espace public, en voyant naître des alliances entre islamiques, catholiques conservateurs et l’extrême droite. Les deux enjeux contre lesquels se fédère cette coalition sont les droits des femmes et les droits des homosexuel.les.

    Ces conservateurs des religions interprètent la liberté religieuse comme si la religion faisait partie du code civil, des différents codes juridiques, et pouvait être la loi. A l’évidence, ce n’est pas le cas, et c’est toute la différence entre la «religion-loi» et la «religion-croyance» qu’on retrouve dans la conception laïque. L’émancipation va avec cette désacralisation des lois qui ne sont plus décrétées au nom de Dieu, mais au nom des citoyen.nes.

    La laïcité est un bien précieux, à défendre sans faiblesse, car elle est protectrice des droits des femmes, indissociable du combat en cours pour leur émancipation, ce combat toujours inachevé. Dans la France qui est la nôtre, l’exigence laïque est indissociable des politiques publiques d’égalité et de nouveaux champs de liberté qui s’ouvrent depuis quelques années, comme celui de vivre sa sexualité librement. Dès que la religion (les textes) devient la source des lois qui se disent sacrées, les mêmes interdits et les mêmes contraintes par rapport aux femmes et à la sexualité sont imposés. Et ceci pour préserver la structure patriarcale de la famille, cellule de base de la communauté, menacée par la liberté sexuelle des femmes et par leur droit à maîtriser leur corps.

    Il nous faut donc inventer des réponses à des questions qui n’ont jamais été posées, à des problèmes sans précédent et donc inventer une stratégie : ce qui est l’objet de toutes les attaques, ce sont les femmes, c’est pourquoi il faut allier laïcité et droits des femmes. Il faut travailler à ce que le combat pour la laïcité devienne un combat féministe en réaffirmant que l’universalisme, qui est le combat des féministes, doit gagner contre tout relativisme culturel.

    Danièle Bousquet, 
    Présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes

  • Présentation du Collectif laïque d'Eure et Loir

    Un collectif d’associations et de citoyens investis dans la défense et l’illustration de la laïcité s'est créé en Eure et Loir en décembre 2014.

    Le Collectif laïque d'Eure-et-Loir rassemble les associations suivantes:

    Marianne.jpg

    Pourquoi ce Collectif laïque d'Eure-et-Loir ? La laïcité de la République est une des dimensions fondamentales de nos libertés. La laïcité de l’Ecole de la République en découle logiquement. Ce principe, cette valeur, sont admis et partagés massivement. Mais nous constatons, dans le monde comme dans notre pays, une radicalisation, une montée aux extrêmes, voire un obscurantisme, de plus en plus présents. Devant cette situation, il convient de répondre de façon rationnelle grâce à une présence sur tous les territoires. Dans de nombreux départements des collectifs se sont déjà créés. Nous agissons dans le même esprit, celui de la promotion d’une liberté  essentielle pour chacune et chacun d’entre nous nous, pour construire ensemble et vivre ensemble un avenir solidaire…

    On peut identifier en France quatre grands moments pour la laïcité. Le moment fondateur est la Révolution française. Elle affirme la souveraineté du peuple. Le pouvoir ne repose plus sur le roi légitimé par l’Eglise.  C’est le sens de l’Article 3 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément ». C’est ensuite la III° République qui franchi deux étapes. Elle laïcise d’abord l’enseignement primaire. Une série de lois, de 1881 à 1886,  mettent sur pied un enseignement public laïque, gratuit et obligatoire. Les Constitutions françaises de 1946 et 1958 le confirmeront : « L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’Etat ». Le troisième grand moment est le plus connu. C’est celui du vote de la fameuse loi du 9 décembre 1905. Elle sépare les Eglises et l’Etat. Auparavant quatre cultes (catholique, réformé, luthérien, israélite) état reconnus, avec un statut et un financement publics. La loi assure la liberté de conscience dans son article Un. Chacun est libre d’être croyant, agnostique ou athée, comme de changer d’opinion. Les cultes ne sont plus financés. Quatrième moment fort : celui de la conquête des droits sexuels et reproductifs (contraception, éducation sexuelle, avortement, non pénalisation de l’homosexualité…) dans les années 60-70. Mettant fin à des interdits d’origine religieuse, ces nouvelles lois sont de fait laïques. La période actuelle est celle d’une nouvelle société qui se construit. Sept à huit millions de personnes, pour la plupart citoyens français, sont originaires d’Afrique ou d’Asie. Nous vivons de fait dans une société multiculturelle. Comment l’organiser en respectant cette diversité culturelle tout en fixant un cadre commun républicain ? Tel est le nouvel enjeu, le nouveau grand moment, pour la laïcité. 

  • 7 décembre Plantation d'un Arbre de la Laïcité à Landelles

    Le vendredi 7 décembre, une cérémonie de plantation d'un Arbre de la Laïcité aura lieu à Landelles, accueillie par la municipalité,  à initiative du Collectif laïque d'Eure et Loir. Elle se déroulera à 15 heures sur le terrain de la salle communale située rue du Perche. Tout le monde est invité à cette belle manifestation laïque !

    Cet événement prend place dans la semaine de la Laïcité autour du jour anniversaire de la Loi de séparation des Eglises et de l'Etat, votée le 9 décembre 1905. 

    De l'arbre de la liberté à l'arbre de la laïcité. Depuis plusieurs années, le mouvement laïque se mobilise autour du jour anniversaire de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, le 9 décembre, et au-delà tout au long de la semaine. Cette journée se veut associative. L'Observatoire de la Laïcité a proposé d'en faire une journée nationale. Il s’agit d’illustrer et de défendre les principes et les valeurs laïques, en particulier la liberté de conscience.

    Les initiatives sont nombreuses. L’une d’entre elles se distingue par son originalité : la plantation d’arbres de la laïcité, en relation avec des municipalités sensibles aux questions laïques. Ce beau geste symbolique est évidemment inspiré par les arbres de la liberté. Selon Jacques Godechot « L’arbre de la liberté n’est autre que l’ancien « mai » que les paysans plantaient généralement à l’occasion des fêtes votives, tradition héritée sans doute des vieux cultes païens. Les premiers arbres de la liberté furent plantés dans le Périgord dès le mois de janvier 1790 » (1).

    L’arbre de mai était un poteau décoré d’emblèmes manifestant de façon festive la cohésion populaire communale. L’arbre de la liberté s’en inspire tout en lui donnant un sens nouveau : l’affirmation de la souveraineté du peuple (2). Des milliers furent plantés. L’abbé Grégoire, député à la Convention, leur consacrera une importante étude. On en plantera encore en 1830, en 1848 (où ils furent bénis par le clergé !), en 1871 et à la Libération.

    L’arbre est un puissant symbole par son enracinement, par sa fière verticalité et par son feuillage protecteur. Parmi les symboles de la Révolution, l’arbre de la liberté est, d’après Albert Mathiez « le plus vivace dans l’âme populaire » (3). A la suite des arbres de Mai et de la liberté, on plantera des arbres de la fraternité, de la raison, de l’union, de la vertu… L’arbre de la laïcité s’inscrit dans l’histoire populaire et dans la mémoire révolutionnaire. La laïcité comme garante de nos libertés est mise à l’honneur, contre les conceptions de ceux qui la réduisent à des interdits.

    (1) Les institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, PUF, 1998.
    (2) Eric Fechner « L’arbre de la liberté » Revue Mots n° 15, octobre 1987.
    (3) Les origines des cultes révolutionnaires. Société nouvelle d’édition et de librairie. 1904

    Arbre_Laicite.jpg